Lettre Novembre/Décembre 2012      

 Bonjour {Genre} {Nom},

IBM i, RPGIV, nos prévisions.

   Contrairement à une idée reçue, prévoir est un exercice plus facile qu’il y parait. Ainsi les météorologues affirment que tout le monde peut prévoir la météo avec un taux de réussite de 80% : il suffit d’annoncer systématiquement qu’il fera le même temps demain qu’aujourd’hui, ce qui se vérifie 8 fois sur 10. Vous l’aurez compris : la difficulté consiste à détecter les instabilités qui seront avant-coureur d’un changement.

   Imaginez qu’un prévisionniste AS/400 ait annoncé pendant trente ans : « vos aurez des interfaces natives en mode caractères l’année prochaine les gars ! » Bravo ! 100% de réussite en trente ans de prévisions ! C’est comme si un gigantesque anticyclone vert/noir s’était installé « ad vitaem eternam » pour ceux qui n’en ont pas encore perdu leur Latin.
   IBM possède deux plateformes « business class » comme le disait Franck Soltis : les gros systèmes et l’IBM i. Or, selon toute vraisemblance, les mainframes représentent le gros des profits récurrents d’IBM. D’où la question que tout dirigeant d’IBM a dû se poser un jour: faut-il avantager notre plateforme au détriment de celle qui fait les gros profits de la compagnie?
Cependant, quatre dépressions seraient en mesure de faire infléchir les décisions:
   1) La société Oracle a racheté SUN dans le but de fabriquer des systèmes intégrés propriétaires Matériel/Logiciel afin de prendre des parts de marché aux gros systèmes et à l’IBM i. Or Oracle dispose d’interfaces graphiques natives.
   2) La nouvelle révolution Cloud Computing se fera dans un navigateur Web. Les interfaces natives en mode caractères sont très efficaces mais ne sont plus suffisantes, surtout pour les éditeurs d’ERP pour qui la présentation est un argument de vente face à la concurrence.
   3) Sauf erreur de notre part, les mainframes ne peuvent pas aller plus loin qu’une webisation des interfaces en mode caractères des programmes COBOL existants.
   4) Au moins deux éditeurs Anglo-saxons Look Software et Profound Logic sont déjà parvenus, avec le produit IBM RPGOA, à délivrer des interfaces graphiques Web natives sans modification de l’existant applicatif RPGIV de l’IBM i (sauf l’ajout du mot clé Handler en spécification F), démontrant ainsi l’extraordinaire flexibilité de l’architecture de la plateforme IBM i.
   Bien entendu l’IBM i seul est un peu court en environnement hétérogène. Cependant, Pure System, cette machine Power tout-en-un pilotée par un système expert, et dont l’IBM i est l’une des composantes « business class », serait parfaitement à même de prendre la relève des mainframes de nouvelle génération. D’autre part force est de constater que les langages PHP ou EGL ne seront jamais des successeurs avérés pour l’informatique de gestion persistante, les OS Microsoft sont encore mono-tenant, ce qui élimine beaucoup d’OS et de solutions ouvertes qui prétendaient au titre « business class ».
Multi-tenant=1,n chaque programme est partagé par tous les utilisateurs dynamiquement connectés ; Mono-tenant=1,1 une version d’un programme pour chaque utilisateur connecté. L’IBM i est multi-tenant y compris pour les données. Par définition même, il ne peut pas y avoir de Cloud Computing mono-tenant. En effet, le mono-tenant ne peut rien donner de plus qu’un découpage de ressources au travers du réseau (Service Bureau).

   Si IBM veut contrer Oracle avec une solution Cloud Computing « business class », il devra donc s’appuyer sur l’IBM i et le RPGIV pour la logique applicative (RPGOA, qui permet de changer l’interface, ne fonctionne qu’avec le langage RPGIV). Dans ce cas, IBM pourrait soit développer tout ou partie du designer et des outils pour la couche présentation Web native, soit racheter un ou plusieurs éditeurs qui ont déjà une solution.
   L’autre comportement serait de continuer à répéter inlassablement à ceux qui demandent des interfaces Web natives associées aux instructions I/O RPGIV de rechercher leur bonheur auprès des fournisseurs indépendants. Cependant, vu sous l’angle de la prévision, compte tenu d’une concurrence agressive et des nouvelles exigences du marché, une réponse standard de type: « allez voir ailleurs si j’y suis » nous parait improbable. Comme le disait l’écrivain de Lampedusa : « Il faut que tout change pour que rien ne change. »

Jean Mikhaleff/RePeGlio

Produit et site RePeGlio
Le générateur Expert de programme RPG RePeGlio s'adresse aux sites qui ont un fort existant logiciel (ERP, mixte progiciel et spécifique). Il permet de réaliser automatiquement à partir de la base de données relationnelle:
- Des programmes transactionnels
- Des programmes report
- Des programmes Full Web.
Avec RePeGlio un programme ne s'écrit pas, il se dessine.
Notre site :

www.repeglio.com

Pour un commentaire libre ou pour abonner quelqu'un: jean@repeglio.com

Pour retirer votre email d'envoi  de notre liste de diffusion: 

- Retourner-nous la lettre avec en objet OPTOUT et votre email d'envoi:  {Email}    sera retiré de notre liste de diffusion.